(Re)penser le récit de l’Europe

« Never again will a single story be told as though it’s the only one »

(John Berger)

Rubens, Les conséquences de la guerre (Galerie Palatine du Palazzio Pitti, Florence)

Hugo Canihac, Karim Fertikh et Heike Wieters ont assisté, le 7 octobre 2014, au séminaire « Changing narratives of the European integration history » organisé par l’European Integration History – Working Group (Aurélie Andry et Haakon Ikonomou). Dans ce cadre, trois historiens ont confronté leurs vues sur la manière d’écrire l’histoire de l’Europe aujourd’hui : Federico Romero, Kiran Patel et Mark Gilbert. Dans cet article, nous rendons compte de leur discussion, et développons quelques idées autour de la question des récits de l’Europe en la confrontant à nos propres pratiques de recherche. 

 L’Europe en ses récits : vers un « révisionnisme » historiographique ? La crise de l’histoire « whig » de l’Europe

  Par Hugo Canihac (Sciences po Bordeaux), Karim Fertikh (Centre Georg Simmel) et Heike Wieters (Humboldt Universität zu Berlin)

Écrire l’histoire de l’Europe est (re-)devenu un enjeu en raison des discours critiques qui fragilisent la « success-story » traditionnelle qui est le cœur de la narration dominante. Bien évidemment, le rejet concomitant en France et aux Pays-Bas du Traité pour une Constitution pour l’Europe, puis la crise de l’Euro, le sort fait à la Grèce et les tensions sur l’édifice rendent la success story que l’Union européenne s’est donnée à elle-même assez douteuse. Ces événements génèrent un scepticisme qui ne se confond pas avec l’euroscepticisme, le doute sur l’avenir de la construction européenne saisissant ses plus ardents défenseurs de l’Union européenne. De manière générale, l’histoire de l’Union européenne se distingue parfois mal d’un travail de légitimation (à laquelle elle a assurément contribué) ou d’un travail mémoriel. Certains des manuels les plus diffusés sont d’ailleurs produits par d’anciens fonctionnaires européens, ou sont le résultat de financements d’institutions européennes ou pro-européennes.

Né en 1961, Mark Gilbert est professeur d’histoire et d’études internationales à la John Hopkins School of Advanced International Studies de Bologne. Il est l’auteur d’ouvrage sur l’histoire italienne, et d’un manuel d’histoire de l’intégration européenne[1]. L’article qu’il donne en 2008 au Journal of Common Market Studies[2] est considéré comme le point de départ d’une crise de l’historiographie européenne. Né en 1971, Kiran Klaus Patel est professeur d’histoire globale et européenne à l’Université de Maastricht. Son analyse de la Politique agricole commune (Europäisierung Wider Willen) parue en 2011 est un ouvrage déterminant pour comprendre les dynamiques multiples et non-linéaires  des processus d’intégration européenne, tant au niveau européen qu’aux niveaux nationaux. Federico Romero est professeur d’histoire à l’Institut universitaire européen, spécialisé dans l’étude de la coopération européenne après 1945 et, en particulier, dans l’analyse des transferts internationaux durant la Guerre froide. Son histoire de la Guerre froide, Storia guerra fredda: l’ultimo conflitto per l’Europa lui a valu, en 2010, le prix de la Società Italiana per lo Studio della Storia Contemporanea.

Dans la présentation des organisateurs, le séminaire comportait tout un volet d’interrogation sur la confusion entre « Europe » et l’intégration européenne conçue comme la mise en place du dispositif institutionnel découlant de l’usage des Traités sur les Communautés puis l’Union européennes. Ce volet a été peu discuté. Dans ce texte, nous emploierons donc l’acronyme UE/CE pour désigner la mise en place de l’Union européenne et des Communautés européennes, dont le séminaire a essentiellement traité. En nous appuyant à la fois sur les échanges lors du séminaire et sur la littérature existante, l’objectif de cette note est de décrire la « crise de l’histoire de l’Europe » et de mettre en évidence les réponses suggérées lors de ce séminaire (en nous appuyant également sur la littérature disponibles), avant de proposer quelques perspectives qui pourraient être ouvertes par un dialogue interdisciplinaire plus nourri.

 

La « crise de l’histoire whig » de l’UE/CE

Pour Kiran Patel – qui rappelle que le rôle de l’historien est « gâcher la fête [to spoil the party] » – et Mark Gilbert – qui en appelle à un « révisionnisme » historiographique[3] –, le constat est celui d’une confusion entre des discours publics, légitimant les institutions européennes, et les récits savant. Pour eux, les histoires de l’Europe ont tout du « grand récit » (que Mark Gilbert appelle « the Orthodox Story[4] ») : trop peu critiques et réflexifs, ils donnent au caractère contingent des phénomènes d’institutionnalisation l’allure de la nécessité – et, dans l’article déjà mentionné, Mark Gilbert lie cela à la volonté ferme de la Commission de diffuser un discours orthodoxe sur la manière dont l’Europe s’est construite. Mark Gilbert rappelle le rôle de Jean-Baptiste Duroselle (1917-1994), refondateur d’une histoire diplomatique ébranlée par les Annales, dans la mise en récit de l’Europe (avec Europe, l’histoire de ses peuples en 1990, par exemple), et du soutien de la Commission à son entreprise[5]. Des entreprises équivalentes existent d’ailleurs dans d’autres pays de l’Union, Sergio Pistone en Italie ou Walter Lipgens en Allemagne en seraient des exemples[6]. L’histoire à la Duroselle, écrit encore Mark Gilbert, a tout du mythe historiographique – ce que n’empêche pas « Duroselle’s narrative, or something akin to it, is nevertheless standard fare in textbooks of EU studies and in much public discourse[7] ».

Les mots eux-mêmes le révèlent, si l’on prête attention à aux métaphores du récit « whig », qui racontent le « processus », la « construction » (dans un sens qui suppose un masterplan et une intentionnalité attribués à de « grands hommes » comme Jean Monnet[8]). Le processus a parfois été « freiné » ou « bloqué » par des récalcitrants, mais toujours orienté vers un achèvement plus ou  moins complet de l’édifice, en dépit de « crises » toujours suivies de « relances ». Mark Gilbert rappelle que le  rôle des théorisations à l’appui de cette construction narrative. Le néo-fonctionnalisme a fait de l’intégration un phénomène « inévitable » sans prendre en compte l’incertitude des fins. De la même manière, les analyses multi-niveaux repose sur l’idée normative que la délégation de pouvoir vers le « haut » ou le « bas » était nécessaire et souhaitable[9]. Bref, le récit historiographique et le discours public sur l’Europe, avec ses « European Saints » et son eschatologie, doivent être considérés comme des éléments importants du « faire-croire » européen depuis la seconde moitié du 20e siècle[10]. Mark Gilbert, rappelant le célèbre précédent de la Société des Nations – parée de toutes les vertus par les analystes contemporains jusqu’à la veille de son échec -, compare alors l’histoire européenne à une forme de soviétologie face à laquelle le scepticisme est nécessaire.

Mark Gilbert critique d’ailleurs autant les efforts « structuralistes », ceux d’Andrew Moravcsik en particulier, visant à faire de l’UE/CE la garante contractuelle de négociations interétatiques menées au nom des intérêts économiques bien compris des États membres – et il se demande s’il est sérieux de dire que la politique étrangère gaullienne a été essentiellement guidée par le prix du blé[11]. En un mot, les nécessités économiques, si on ne prend pas en considération les croyances, les jeux stratégiques complexes, les processus de décision, ne sont qu’une autre manière de solidifier un récit déterministe, fondé sur une anthropologie normative et abstraite, opposé à la « contingence » que Mark Gilbert juge centrale dans l’histoire de l’Europe.

L’histoire de cette « histoire officielle » de l’unité européenne a donné à diverses contributions historiographiques, et Kiran Patel rappelle, après d’autres[12], le rôle de la diffusion d’un discours public sur l’Europe par des faiseurs d’Europe aussi bien dans la presse que dans l’historiographie[13]. De la même manière, Antonin Cohen rappelle, dans son histoire du « 9 mai » comme commémoration de l’unité européenne le rôle de publicistes et d’historiens pour établir une « histoire de commencement », une rupture délimitant de manière indiscutable un avant et un après[14].

Au total, Mark Gilbert considère le récit orthodoxe de l’histoire de l’Europe et la foi qu’il génère dans la résilience du projet européen comme l’une des causes des difficultés actuelles : « The seeming reluctance of Europe’s leaders today to understand that there is popular discontent with the democratic deficit in Europe and that the EU is widely regarded as a big part of a wider problem of disenfranchisement and disempowerment, has surely been influenced by the boundless faith in the resilience of the European project that is a common theme in all the narratives I have been discussing[15] ». Sur ces prémisses, le constat de carence historiographique semble établi, et les historiens présents lors de cette table ronde proposent des pistes pour renouveler l’histoire européenne.

 

 

Écrire l’histoire de l’Europe en en changeant la fin 

Face à ce constat, Mark Gilbert met en garde contre la tentation de « l’histoire antiquaire », accumulant des études sur des objets de plus en plus limités, évitant l’écueil de l’histoire-célébration sans accepter d’entrer dans le débat méthodologique et dans la critique de l’historiographie existante.

Pour les historiens présents, décentrer et élargir le regard sur l’histoire de l’UE/CE permettrait à l’historien d’adopter une attitude plus critique et d’abandonner la téléologie des discours orientés par le succès supposé se trouver à la « fin de l’histoire ». Pour Mark Gilbert, il importe de comprendre que l’on pourrait écrire l’histoire autrement, au prix d’une expérience de pensée, en se représentant des récits futurs possibles du phénomène européen : comment racontera-t-on dans le futur l’histoire de l’UE si, demain, elle s’effondre ou se transforme en dictature sanguinaire ? De ce constat, Federico Romero tire un récit alternatif de l’histoire de l’Europe. Il brise la chronologie habituelle, commençant à l’après-guerre, pour réinscrire l’histoire de l’UE/CE dans une histoire plus large des rapports de force entre puissances sur le continent européen depuis le 19e siècle. Ce pas de côté chronologique lui permet alors de considérer comme « exceptionnelle » et contingente la période de la fondation de l’UE/CE, les années 1950-1970, en raison de l’absence de puissance hégémonique sur le continent. La partition de l’Allemagne et son rôle dans la Deuxième Guerre mondiale a mis en place un système que Federico Romero considère comme paritaire, dans lequel aucune puissance ne domine le Continent. Depuis les années 1970 (et Federico Romero mentionne déjà la période d’Helmut Schmid), les Traités, les règles et les pratiques de l’UE/CE mettent en évidence le basculement de cette situation d’équilibre – et la période actuelle coïncide avec le retour d’un système européen déséquilibré au profit de la République fédérale d’Allemagne.

L’homologie qui est faite entre la « crise » de l’Europe et la « crise » de la science de l’Europe apparaît cependant problématique à plusieurs égards – et Kiran Patel souligne à raison que la « crisis narratology » ne doit pas être embarquée sans réflexion par l’historiographie puisqu’elle fait elle-même partie des récits orthodoxes sur l’Union (et en démontre la résilience). Pour nous, un problème supplémentaire est posé par le parallélisme en « crise historique » et crise de l’histoire (la crise de l’Europe obligerait en quelque sorte à réviser les récits sur l’Europe) – même s’il est fréquent, pour reprendre la formule hégélienne, que « la chouette de Minerve prenne son envol à la tombée de la nuit »[16]. D’une part, l’histoire de l’Europe ne se réduit pas à l’histoire officielle de l’Europe, et il existe depuis plus d’une décennie des récits qui signalent les incertitudes et les paradoxes de l’intégration européenne. Ensuite, le constat de « crise » apparaît – comme le rappelle Mark Gilbert par ailleurs – lui-même empreint de téléologie : la « crise » se dépasse et l’alternance de crises et de relances est bien l’un des éléments caractéristiques des récits « whig » de l’histoire de l’Europe[17]. Or, la « crise de l’histoire » ne nous semble pas pouvoir simplement découler du simple effet mécanique de la crise de la construction européenne, dont elle ne serait que le reflet dans l’ordre du discours. Si crise de la science historique il y a, c’est bien entendu dans le champ propre à la science historique qu’il faut en chercher les causes. Celles-ci sont, à la fois, un effet de la multiplication des travaux sur l’Europe (en histoire, en science politique, en sociologie et en sociologie historique) qui concurrencent les institutions et les historiens officiels de l’Europe sur leur objet et, en même temps, la résultante de l’affaiblissement du crédit des sciences officielles de l’Europe dans l’espace des sciences historiques et sociales. Cet affaiblissement, marqué par le faible impact de l’histoire « whig » de l’Europe sur l’historiographie générale[18], appelle pour leurs praticiens un effort de décloisonnement. Certains des appels méthodologiques énoncés durant ce workshop en sont un signe dans ce qu’ils contiennent d’évidence pour un historien ou un socio-historien généraliste – comme, par exemple, l’appel à rompre avec la téléologie et à aller dans le sens d’une « histoire-problème » en se détournant d’une approche simplement chronologique. Sur cette dernière proposition, on ne peut s’empêcher de dresser un parallèle avec l’histoire nationale et aux téléologies des romans nationaux. On pense ainsi aux textes suscités en réaction à ces romans nationaux, comme L’histoire de la France de Jacques Revel et François Burguière[19], dont l’ambition était de proposer une narration alternative aux « histoires de France » et de faire de l’histoire de France un « problème » et non un « genre ».

 

 

À la recherche d’une histoire « encastrée [embedded] » de l’UE/CE

Pour Kiran Patel, l’historien de l’Europe devrait partir du principe que « le passé est un pays différent [the past is a different country] ». Ce à quoi appelle dès lors l’historien de l’université de Maastricht est de mettre l’intégration européenne dans des contextes susceptibles de l’expliquer. Kiran Patel parle alors d’un nécessaire renouvellement de l’emplotment. Cette nécessité repose pour lui sur un constat symétrique : alors que l’histoire de l’UE/CE n’a pas préoccupé les historiens spécialistes de nombreuses dimensions de la vie économique et sociale, les historiens de l’UE/CE ont, eux, présupposé l’importance de leur objet. La recontextualisation apparaît alors comme une manière de replacer l’intégration européenne dans des formes de récits qui la mettent en perspective et la relativise. Il s’agit d’historiciser les « forms and forums of European co-operation and integration by embedding them in their broader contexts and by comparing them to alternative organizations[20] ». Deux contextes semblent pertinents pour Kiran Patel : les autres intégrations et coopérations européennes, d’une part, et, de l’autre, l’histoire du capitalisme (plus que celle de la démocratie – même si les trois historiens présents s’accordent pour considérer que les conceptions du capitalisme et de la démocratie ont, à l’époque de la Guerre froide, partie liée).

Kiran Patel appelle, en écho aux réflexions d’un Laurent Warzoulet rappelant que les autres coopérations internationales en Europe – considérées comme inachevées – avaient été délaissées au profit de la construction de l’UE/CE[21], à ne pas se centrer sur l’histoire de la seule Union européenne, mais de la considérer comme une expérience parmi d’autres, inscrite au sein d’un faisceau, densément interconnecté[22], d’autres organisations internationales qui lui fournissent un espace de références aussi bien qu’ils sont pourvoyeurs de ressources, de savoir-faire ou de socialisation pour les acteurs. Cette remarque a d’ailleurs l’intérêt de rappeler que les historiens de la construction européenne, en braquant la focale sur l’UE/CE et la considérant comme un phénomène irrésistible, ont contribué à fragiliser d’autres organisations internationales, par exemple dans le cas des relations entre la Commission centrale pour la Navigation sur le Rhin et la Commission européenne – ce serait en vain que ces OIG essaient de faire tourner à l’envers la roue de l’histoire. Cette contextualisation appelle aussi l’étude de l’espace transnational de fabrication de l’Europe, où Kiran Patel entend montrer que des acteurs transnationaux ou des Organisations non gouvernementales peuvent avoir un rôle plus important dans la définition des chemins de l’européanisation[23]. On pourrait d’ailleurs ajouter les références aux expériences américaines, largement diffusées à cette époque au sein des élites européennes, comme la Tennessee Valley Authority comme modèle de la Haute Autorité de la CECA[24]. En un mot, ce passage d’une histoire autocentrée de l’intégration européenne à une histoire des coopérations européennes permettrait, de fait, de dissoudre l’exceptionnalisme méthodologique de l’histoire de l’intégration européenne.

Ce « contexte », pour Kiran Patel, est aussi celui des questionnements liés à l’histoire du capitalisme européen. Comment, en effet, faire en sorte que ce capitalisme fonctionne ? De même, de manière plus « objective », Kiran Patel appelle à explorer les secteurs de la réalité socio-économique où l’UE/CE a de l’importance, et d’y confronter les récits. Where does European history begin to matter ? Il souligne ainsi que l’on prétend que l’intégration européenne a eu un rôle dans la prospérité du continent européen ; cependant, la discussion académique n’a pour l’heure pas tranché cette question ou même réellement eu lieu. Ce qui importe donc, dans cette optique de contextualisation, est d’explorer les aires où la dimension européenne a commencé à avoir du sens pour les individus.

Kiran Patel souligne que cet effort de contextualisation lui apparaît en même temps comme une offre de service faite aux autres sciences sociales et politiques. Ainsi, mettre en évidence le fait que la supranationalité n’est pas la caractéristique exclusive du « gouvernement de l’Europe », qu’elle est un trait commun à de nombreuses organisations à l’époque de la construction des Communautés européennes, qu’elles charrient des pratiques routinisées pour les acteurs par exemple permettrait de nouer le dialogue interdisciplinaire autour de cette question. Il est évident, cependant, qu’une telle proposition de « contextualisation » nécessiterait un effort de précision tant il est vrai que, face au mur érigé par les sciences historiques « whig » autour de l’Union européenne, les sciences sociales et politiques ont depuis longtemps déjà réagi en développant leurs propres modes de contextualisation. Les perspectives centrées sur les acteurs ont rompu les chronologies usuelles  – que l’on songe au livre d’Antonin Cohen, De Vichy à la Communauté européenne mettant en évidence le rôle des socialisations « modernisatrices » de la « Révolution nationale » vichyste dans la formulation du projet européen et sa description des conceptions enracinées de la supranationalité des organismes comme la Haute Autorité de la CECA directement inscrite dans la méfiance des « Pères fondateurs » vis-à-vis du parlementarisme et de la démocratie. De la même manière, l’effort développé autour des socialisations des acteurs et de l’autonomisation incertaine des champs bureaucratiques européens constituent des perspectives qui à bien des égards sont des efforts de contextualisation, y compris inscrites dans la durée.

 

 

Perspectives : penser l’historicité des arrangements institutionnels en Europe

Situé à un point névralgique, scientifiquement et politiquement, de la remise en cause de ce récit dominant, il n’est pas anodin de voir l’Institut universitaire européen se saisir de ce type de questionnements – par exemple si l’on se souvient que son président fondateur, Max Kohnmann, par ailleurs vice-président du Comité Monnet[25], a joué un rôle dans la mise en récit de l’Europe autour de la canonisation de Jean Monnet dont il fut le secrétaire particulier[26]. En outre, les trois chercheurs invités durant ce séminaire ont enseigné à l’Institut européen. Il s’agit donc bien de réflexions, si l’on veut, « de l’intérieur ». Ailleurs, d’autres équipes ont, parfois depuis longtemps, entamé un travail sur le récit de l’Europe – que l’on pense aux travaux socio-historiques lancés par le groupe Etat social de Saisir l’Europe et, dans la même veine aux travaux socio-historiques d’Yves Déloye[27], de Monika Eigmüller et du groupe de recherche dédié au sein de l’Hamburger Institut für Sozialforschung et dirigé par Nikola Tietze et Monika Eigmüller ou encore à certains travaux des historiens du Labex « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe ». Il faut aussi signaler que le mouvement historien militant, en partie organisé et parfois financé par la Commission ou des organisations fédéralistes, s’est aussi largement professionnalisé[28], et que l’histoire générale de l’UE/CE telle qu’elle peut être racontée dans des manuels ne reflète pas la complexité des narrations en matière d’histoire économique ou sociale.

Déplorant des mises en récit trop confortables pour être suffisantes[29], la socio-histoire de l’Union européenne a mis en évidence les limites des théories néo-fonctionnalistes d’un Ernst Haas, prévoyant dans le sillage immédiat des discours intégrationnistes des années 1950, un phénomène de spillover (engrenage) faisant irrésistiblement de l’« Europe » l’incontournable point politique de référence de l’action se substituant aux États-nations. Pour la socio-histoire, au contraire, « loin d’être la résultante d’une nécessaire intégration fonctionnelle, les phénomènes communautaires sont tributaires d’un travail social et politique d’intégration des phénomènes de croyances, d’attitudes et d’actions individuelles et collectives dont la compréhension se révèle incompatible avec les pensées réifiantes et évolutionnistes[30] ». Il reste vrai que les recherches socio-historiques restent rares, à quelques exceptions près. Néanmoins, en signalant l’incertitude des fins, en insistant sur les scènes sociales et mettant l’accent sur les acteurs et leurs stratégies en situation, les approches socio-historiques de l’UE/CE offrent une alternative crédible aux mises en récit routinisées des phénomènes d’institutionnalisation au niveau européen[31].

Nombre de chercheurs entendent désormais dé-particulariser l’UE/CE, en rompant avec l’idée de son exceptionnalisme (son caractère « sui generis », pour reprendre le mot du premier Président de la Commission, Walter Hallstein[32]), pour l’inscrire dans l’histoire longue des arrangements sociopolitiques des sociétés européennes[33] et, si l’on veut, à l’étudier au sein des paradigmes des sciences sociales plus classiques. La mise en intrigue « whig » de l’histoire européenne a ainsi été largement remise en cause par tout un courant de sociologie historique – en particulier français : depuis les travaux d’Antonin Cohen jusqu’aux travaux constructivistes de Wolfram Kaiser ou aux analyses sociologiques sur l’espace de l’Eurocratie ou ceux portants sur les conceptions ordinaires de l’Europe[34]. De même, les travaux de Louise Tilly et Jilly Klausen mettent en évidence les dynamiques transnationales de longue durée en brisant le cadre chronologique de l’histoire des concrétions institutionnelles[35]. À côté de cela, de multiples histoires des intégrations sectorielles sont désormais à disposition, et permettent d’emboîter l’histoire de l’UE/CE dans ses multiples interactions avec d’autres organisations internationales. En un mot, et contrairement au courant anglo-saxon des European studies ou contre l’espoir d’un Alan Milward[36], les sciences sociales françaises ont souvent refusé de considérer la mise en place des institutions européennes comme « un objet politique sui generis, impliquant la formulation d’outils analytiques ad hoc, les chercheurs francophones ont pris le parti, depuis une décennie, d’analyser l’Union à l’aune des instruments “classiques” de la science politique[37] ». En ce sens aussi, aussi, certains participants au séminaire ont déploré l’absence d’études sur les lobbys à Bruxelles, alors même qu’il s’agit d’une piste largement explorée en science politique[38]. Cela semble plaider pour développer un dialogue interdisciplinaire et donc réfléchir aux formes de coopération entre spécialistes des sciences sociales travaillant sur l’objet européen.

Qu’il s’agisse de réviser les chronologies usuelles, d’élargir le prisme au-delà d’une institution intergouvernemental, c’est, au total, un complexe de récits plus vaste qui est désormais à disposition pour peu que l’on reste ouvert au dialogue interdisciplinaire, si bien que l’intérêt du séminaire est bien de montrer que le changement est désormais acté par l’historiographie dominante qui se met elle aussi en quête de nouvelles intrigues.


[1] European history. A Concise History (Rowman & Littlefield Publishers, 2012).

[2] Mark Gilbert, « Narrating the Process: Questioning the Progressive Story of European Integration », JCMS, 46 (3), 2008, pp. 641-662

[3] Mark Gilbert, art. cit., p. 657.

[4] Ibidem, p. 643.

[5] Ibidem.

[6] Voir : Daniele Pasquinucci, « Between Political Commitment and Scientific Research », in : Wolfram Kaiser, Antonio Varsori, European Union History. Themes and Debates, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2010, p. 66-85.

[7] Ibidem, p. 644.

[8] Ibidem, p. 645.

[9] Ibidem, p. 649-650. Voir aussi : Mark Gilbert, European Integration, op. cit., p. 34 et p. 58 (pour une analyse des motivations d’Ernst Haas).

[10] Ibidem, p. 646.

[11] Ibidem, p. 652. Mark Gilbert fait implicitement référence à : Andrew Moravcsik, « De Gaulle between Grain and Grandeur. The Political Economy of French EC Policy, 1958-1970 », Journal of Cold War Studies, 2000, vol. 2 et 3, p.  3-43 et p. 4-68.

[12] Thomas Diez, « “Speaking Europe”: The Politics of Integration Discourse », Journal of European Public Policy, 6, 1999, pp. 598-613.

[13] Kiran Klaus Patel, « Provincialising European union : Co-operation and Integration in Europe in a Historical Perspective », Contemporary European History, 22 (4), 2013, pp. 649-673, p. 669 (sur la construction de l’UE/CE comme synecdote de l’Europe) et p. 671.

[14] Antonin Cohen, « Le roman des origines », De Vichy à la Communauté européenne, Paris, Flammarion, 2012, pp. 9-63.

[15] Mark Gilbert, « Narrating the Process », art. cit., p. 659.

[16] Rappelons que dans European history, Mark Gilbert qui se détourne du déterminisme et insiste sur les moments d’incertitude, insiste dès son introduction sur l’échec des grands projets et stratégies européens depuis le début des années 2000 (stratégie de Lisbonne, le TCE, la politique étrangère commune et l’euro lui-même). Il ajoute : “In other words, the aura of success that has enveloped the process of European integration for most (though not all) of the period since the 1950s is dissipating” : Mark Gilbert, European history, op. cit., p. 3.

[17] Warlouzet Laurent, « Dépasser la crise de l’histoire de l’intégration européenne », Politique européenne, 2014/2 n° 44, p. 98-122, p. 100.

[18] « Mark Mazower, in The Dark Continent, which is a highly sophisticated analysis of Europe’s post 1918 parabola from ultra-nationalist ideology to somewhat smug consumerism and thus covers terrain where one would expect European integration to feature largely, dedicates no more than a handful of lines to European institutions, treating the EC-UE as a development in the wider process of modernisation of European capitalism […] Eric Hobsbawn, in The Age of Extremes, scarcely refers to European integration at all etc. »(Mark Gilbert, art. cit., p. 655). Voir aussi l’évaluation du faible impact de Walter Lipgens sur l’historiographie générale : Daniel Pasquinucci, art. cit., p. 67.

[19] François Burguière, Jacques Revel, Histoire de la France, Paris, Seuil, 1989/90 (3 volumes).

[20] Kiran Patel, art. cit., p. 652.

[21] Laurent Warzoulet, art. cit., p. 102.

[22] Kiran Patel, art. cit., p. 651.

[23] Kiran Patel, art. cit., p. 660.

[24] Antonin Cohen, op. cit., p. 60 et David Ekbladh, The Great American Mission. Modernization and the Construction of an American World Order, Princeton, Princeton University Press, 2010.

[25] Jean-Marie Palayret (dir.), Une université pour l’Europe. Préhistoire de l’Institut universitaire européen de Florence (1948-1976), Bruxelles, Présidence du Conseil des Ministres – Département de l’information et de l’édition, 1997, pp. 187-189.

[26] Antonin Cohen, op. cit., p. 24.

[27] Voir : « Éléments pour une approche socio-historique de la construction européenne. Un premier état des lieux », Politique européenne, 18, 2006, pp.6-15.

[28] Antonio Varsori, « From Normative Impetus to Professionalization : Origins and Operation of Research Networks », in Wolfram Kaiser, Antonio Varsori, op. cit., p. 6-25.

[29] Yves Déloye, « Socio-histoire », in Céline Belot, Paul Magnette, Sabine Saurugger, Science politique de l’Union européenne, Paris, Economica, 2008, pp. , p. 134.

[30] Ibidem, p. 135.

[31] Karim Fertikh, Heike Wieters, « Sociohistoire de l’État social depuis 1945 : mutations, européanisations et capacités », Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, 24, février 2015 et sur ce blog.

[32] Kiran Patel, art. cit., p. 665.

[33] Yves Déloye, « Socio-histoire », art. cit., p. 139.

[34] Didier Georgakakis (dir.), Le champ de l’Eurocratie. Une sociologie politique du personnel de l’UE, Paris, Economica, 2012 et Daniel Gaxie, Nicolas Hubé, Marine de Lassalle, Jay Rowell (dir.), L’Europe des Européens. Enquête comparative sur les perceptions de l’Europe, Paris, Economica, 2011.

[35] Jilly Klausen et Louise Tilly (eds), European Integration in Social Historical Perspective. 1850 to the Present, Lanham, Rowman et Littlefield, 1997.

[36] Alan Milward, « Allegiance – The Past and The Future », Journal of European Integration History, vol. 1/1, p. 7-19, p. 7.

[37] Céline Belot, Paul Magnette, « Introduction », in Céline Belot, Paul Magnette, Sabine Saurugger, Science politique de l’Union européenne, Paris, Economica, 2008, pp. 1-3, p. 2. Voir aussi Kiran Patel, art. cit., p. 672.

[38] Hélène Michel, « Businesseurope au-delà du lobbying. Le travail d’intégration européenne d’une organisation patronale », Critiques internationales, n°59, 2013, pp. 133-155 ou l’ouvrage issu d’une collaboration entre historiens et politistes : Laurence Badel, Hélène Michel (dir.), Patronats et intégration européenne. Pour un dialogue disciplinaire raisonné, Paris, L’Harmattan, 2011.

Télécharger le texte en format pdf :

Canihac, Fertikh & Wieters _ L’Europe en son récit _ vers un révisionnisme historiographique

——

Crédits d’image :

CC

http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Rubens_-_The_Consequences_of_War.jpg?uselang=de


Ein Gedanke zu „(Re)penser le récit de l’Europe“

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.