Conférence de l’historienne Ulrike Jureit à Paris, le 19 novembre 2014 à 18h

800px-Kiautschou_BuchConférence d’Ulrike Jureit

Ordonner l’espace : “Espace vital”, savoirs scientifiques et maîtrise du territoire des colonies allemandes à l’Europe nazie (19e-20e siècle).

Commentaire : Christophe Duhamelle

Modération : Michael Werner

Institut historique allemand – 3 rue du Parc Royal 75 003 Paris (Métro St Paul).

Pour un résumé du livre ; ici ainsi que, page suivante, la recension (en allemand et en français) d‘Herfried Münkler Recension d’Herfried Munkler dans Die Welt :

http://www.welt.de/print/die_welt/literatur/article110880096/Stadt-Land-Fluss.html

Traduction de la recension d’Herfried Münkler (extraits, par Karim Fertikh) :

L’historienne Ulrike Jureit raconte l’histoire d’une discipline méprisée en Allemagne, la géopolitique. Depuis toujours les ordres politiques s’inscrivent dans l’espace : ce qui change est la manière dont cette inscription spatiale se produit. […] Pour l’État territorialisé moderne, tracer la frontière est un acte essentiel. Le respect de cette frontière détermine la paix et la guerre avec les voisins. Lorsque le roi et sa cour se déplaçaient, la frontière jouait un rôle subordonné. L’important était plutôt les routes commerciales […] et la capacité d’un espace économique d’approvisionner pendant une certaine durée le roi et son État curial. L’espace est dans un cas comme dans l’autre important, mais alors que dans le premier cas, ce qui compte est la sécurité des routes commerciales, dans le second, c’est la sécurisation des frontières.

La différence de ces deux formes de domination ou d’ordre ne se limite cependant pas à l’usage et à l’appropriation de l’espace. Cette différence se fonde bien plus les savoirs hétérogènes qui sont construits en réponse aux formes d’usage de l’espace. Sur les cartes représentant les itinéraires, l’espace n’est que l’environnement des voies et des routes – alors que sur les planisphères l’espace physique et l’appartenance politique de l’espace sont au centre du savoir. C’est cet ordre du savoir qui intéresse l’historienne Ulrike Jureit.

L’histoire du savoir et celle de la domination sont, dans “Ordonner l’espace”, intriqués, et elles le sont dès avant que l’on accole l’adjectif “politique” au terme de géographie. Au contraire de ce qui se passe en France et en Angleterre, la géopolitique n’a pas bonne presse en Allemagne. Cette mauvaise réputation a bien sûr à voir avec ses liens avec les pratiques de conquête et d’expulsion du 20e siècle. Ni la légitimation des frontières par le recours à la géographie ni l’usage stratégique de l’analyse des frontières ne sont spécifiquement allemands, ou ne sont réservés au 20e siècle. Il s’agit là de l’objet d’un chapitre délicat et passionnant dans la longue histoire de l’ordonnancement de l’espace. Tout comme il s’agit d’un passage de la politique des savoirs qui a vu la science s’arroger en Allemagne une influence particulièrement importante.

Jureit se concentre sur 4 étapes de l’histoire du savoir et du pouvoir allemands.

1/ D’abord, la manière de traiter l’espace colonial pensé comme espace vide. Il s’agit surtout d’un espace sur lequel on sait peu, voire rien, mais au sein duquel on doit bien tracer des frontières claires pour éviter les conflits avec les autres puissances coloniales. Jureit décrit ce processus en prenant l’exemple de la Namibie actuelle (l’Afrique du Sud-Ouest allemande). Pour ce faire, elle utilise des récits de voyage et des documents officiels pour reconstruire l’histoire de la mise en place d’une frontière qui n’a aujourd’hui encore pas perdu son importance politique. Ce sont en effet les colonisateurs qui ont soumis les autochtones à un ordre politique qui n’avait alors que peu à voir avec les formes géo-économiques d’existence des groupes et qui, en particulier, est entré en conflit avec les modes d’occupation nomade de l’espace des tribus locales. C’est bien l’ordre politique européen qui est inscrit dans l’espace africain sans que cet ordre corresponde aux besoins indigènes.

2/ La question reste discutée de savoir si et comment les pratiques coloniales et les savoirs coloniaux ont eu un effet en retour sur le continent européen. Dans ce cas, et c’est la 2e étape de Jureit, il y va de la remise en ordre de l’espace durant la Première guerre mondiale et ensuite. Jureit braque la focale sur la Silésie et sur la Prusse occidentale et orientale. Aux représentations annexionnistes des droites allemandes s’ajoutent les pratiques qui fondent le nouveau tracé de la frontière qui fait suite à la re-création d’un Etat polonais. En effet : suivant quels critères les frontières doivent-elles être tracées? Alors que les uns, se réclamant de la proclamation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes demande des référendums, les autres sur concentrent sur la cohérence des espaces économiques, sur l’imprégnation culturelle des territoires et sur les langues qui y sont les plus parlées. Côté allemand, on avait longtemps misé sur le référendum et lorsque, à Versailles, la question des critères économiques et géo-linguistiques prirent le dessus, les représentants allemands se trouvèrent bien moins bien préparés – en matière cartographique – que leurs pendants polonais. Jureit laisse ouverte la question de savoir si l’incapacité à faire visualiser l’espace en lice a été décisif ou si les intérêts français à créer une Pologne économiquement forte se seraient de toute façon imposés. Les nouvelles frontières se trouvèrent de toute façon presque immédiatement confrontées à des oppositions portées par la classe politique allemande même modérée.

3/ L’émergence de concepts spatiaux qui devaient permettre de revenir sur la défaite de Versailles constitue la 3e étape de l’enquête de Jureit. Alors que de nombreux Allemands quittèrent les territoires tombés sous domination polonaise, les demandes de révision des frontières ne pouvaient plus se réclamer de référendums. C’est alors qu’émerge la représentation d’un “espace allemand”,  construit autour de l’importance des formes d’occupation de l’espace ou des infrastructures. De nouvelles frontières sont ainsi tracées qui ne reposaient plus sur la volonté de ceux qui vivent dans les territoires concernés pas plus qu’ils n’étaient orientés par les données physiques comme les fleuves ou les montagnes.

4/ Cette revendication de récupérer les “territoires allemands” se distingue fondamentalement des pratiques nationales-socialistes de conquête de l’espace – la 4e étape de Jureit. Celles-ci reposaient sur la conquête de territoires “vidés” qui pourraient être occupés par des Allemands. Jureit distingue alors [différents modèles]. Mais ces projets de réoccupation ne fonctionnèrent pas : trop peu d’Allemands s’installèrent dans ces nouveaux territoires et, surtout, parce que la déportation des populations qui y vivaient vers l’Est s’est avérée insoluble en termes organisationnels.

Pour Jureit, il faut y voir l’une des motivations de la décision prise lors de la conférence de Wannsee d’exterminer les Juifs d’Europe centrale et orientale. C’est en tout cas ce que suggère la proximité des dates : que le désastre de la colonisation de l’Est par des Allemands ait fait partie des motifs des élites nationales socialistes nécessiterait une analyse propre. Cependant, il est certain que les planificateurs et géographes sociaux qui ont travaillé sur ces projets de colonisation de l’espace en Europe savaient très bien quels en étaient les conséquences.

Ulrike Jureit a ainsi écrit l’un des chapitres les plus noirs de l’histoire des sciences en Allemagne. Elle l’a fait, en dehors de tout esprit polémique, avec une objectivité froide. Elle n’a pas tracé de ligne directe entre colonialisme et national-socialisme, se bornant à attirer l’attention où les pratiques scientifiques se sont avérées transférables. […]

Liens vers les recensions du livre d’Ulrike Jureit :

Die Welt, Herfried Münkler

http://www.welt.de/print/die_welt/literatur/article110880096/Stadt-Land-Fluss.html

Süddeutsche Zeitung, Sven Reichardt

http://www.sueddeutsche.de/kultur/studie-zu-volk-ohne-raum-vom-abenteuerroman-zum-genozid-1.1628378

Frankfurter Allgemeine Zeitung, Wolfram Pyta

http://www.faz.net/aktuell/politik/politische-buecher/ulrike-jureit-das-ordnen-von-raeumen-bodenlose-besitzgier-12118189-p2.html?printPagedArticle=true#pageIndex_2

 

Journal of Genocide Research, Thomas Kühne

http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14623528.2013.821229#.VFiGQ8nIOik

Cite this article as: Karim Fertikh, Conférence de l’historienne Ulrike Jureit à Paris, le 19 novembre 2014 à 18h, in: Sozialstaat | État Social, November 4, 2014, https://etatsocial.hypotheses.org/480.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.