Rapport de l’OCDE: les inégalités ralentissent la croissance économique en Allemagne…

… et la redistribution a un impact positif sur la croissance en France.

Les inégalités sont-elles un frein à la croissance ou, au contraire, en incitant à l’effort et à la prise de risque, en sont-elles un accélérateur? Dans un rapport écrit pour l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE), F. Cingano répond à cette question à travers des tests économétriques (régressions) en se basant sur la théorie du capital humain.

Ce que montre F. Cingano est clair: depuis 1985, les inégalités ont globalement augmenté dans les pays de l’OCDE (17 sur 22) et la croissance économique a été réduite par ces inégalités. Le mécanisme mis en évidence est simple : les enfants de ménages pauvres diminuent leur investissement scolaire (i.e.: en capital humain) à proportion de l’accroissement des inégalités :

“L’analyse fondée sur les microdonnées de l’Enquête sur les compétences des adultes (PIAAC) montre que l’augmentation des disparités de revenus inhibent le développement des compétences chez les personnes dont les parents ont un faible niveau d’instruction, aussi bien sur le plan quantitatif du niveau de scolarité atteint (par exemple, en années de scolarité) , qu’en termes de qualité (niveau de  compétences). Les résultats scolaires des personnes issues de milieux les plus riches, toutefois, ne sont pas affectés par les inégalités.”

Ce rapport mesure que l’accroissement, très vif, des inégalités en Allemagne a coûté entre 6 et 7 points de PIB à ce pays depuis 1991, contre une contribution positive en France des politiques de réduction des inégalités, qui ont empêché leur creusement, équivalentes à 4 points de PIB.

Il faut noter que le niveau d’inégalité français et le niveau d’inégalité en Allemagne sont, au terme de la période considérée par l’étude et en termes d’indice de Gini, équivalents.

Le rapport est ici et le résumé ici.

Cingano, Federico (2014), “Trends in Income Inequality and its Impact on Economic Growth”, OECD Social, Employment and Migration Working Papers, No. 163, OECD Publishing. http://dx.doi.org/10.1787/5jxrjncwxv6j-en

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.