Réseau trinational „Villa Vigoni“ (DFG / FMSH / Villa Vigoni) – 2015-2017

Le groupe Etat social de Saisir l’Europe participe au projet trinational „Entre traditions nationales et réorganisations européennes : les politiques sociales en tension„. Ce projet soutenu par la Deutsche Forschungsgemeinschaft, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Paris) et la Villa Vigonivillavigoni_09 nous permettra de constituer un groupe de sociologues et d’historiens français, allemands et italiens travaillant sur les questions de réorganisation des politiques sociales nationales. Le projet est porté par Nikola Tietze (Hamburger Institut für Sozialforschung), Jay Rowell (Saisir l’Europe et SAGE – UMR 7363) et Yuri Kazepov (Université d’Urbino).  A côté de Jay Rowell et de Karim Fertikh, qui a participé à la rédaction du dossier de candidature et à la coordination du projet, trois autres membres de Saisir l’Europe font partie de ce réseau de 15 chercheurs : Heike Wieters, responsable du groupe berlinois, Hadrien Clouet (Sciences po Paris) et Hugo Canihac (Sciences po Bordeaux).

Sur la page suivante, une brève présentation du projet…

Entre traditions nationales et réorganisations européennes : les politiques sociales en tensions

La politique sociale en Europe est marquée, aujourd’hui, par des tensions entre les logiques propres des structures politico-administratives nationales, les droits sociaux proprement européens et les défis qui émergent des transformations du capitalisme en particulier sous l’effet de la constitution du Marché unique. Ces tensions sont l’objet des ateliers trilatéraux proposés. Des processus pluriels d’européanisation transforment les représentations de la politique sociale nationale, les actions politiques correspondantes et les attentes envers la politique sociale. Ils mettent dès lors en question les politiques sociales au niveau national en France, en Italie ou en Allemagne. Contrairement à l’idée que la politique dans le domaine social reste une affaire de l’Etat national, nous observons que l’intégration européenne transforme les sémantiques, pratiques et demandes dans le domaine de la politique sociale. La construction du Marché unique a produit des problèmes sociaux « européens » et mène à des redéfinitions de problèmes dont émergent de conflits nouveaux, comme par exemple concernant le bien-fondé des prestations sociales, les compétences financières et pratiques ou encore concernant les critères de redistribution. Les administrations locales comme les acteurs de la politique sociale en Italie, France et en Allemagne sont, à cet égard, confrontés à des tâches inhabituelles ainsi qu’à un réagencement des logiques privées et publiques en matière d’administration des politiques sociales. De plus, les institutions de l’Union européenne produisent continuellement des sémantiques (par exemple en forme de concept, mot-clé, catégorie juridique, indicateur statistique ou directive administrative). Ces processus de catégorisation et de production sémantique se confrontent aux traditions et aux routines instituées des politiques sociales dans les trois pays. A partir des controverses italiennes, françaises et allemandes sur une thématique choisie de la politique sociale, nous voulons saisir les dimensions des tensions qui tiraillent la politique sociale entre traditions nationales et réorganisations européennes. L’échange entre les chercheurs italiens, français et allemands a pour objectif de développer une connaissance des européanisations qui agitent les politiques sociales en Europe, tout en favorisant la prise de conscience pour les circulations croisées des catégories institutionnelles et les logiques plurielles des pratiques concrètes rendant ces circulations possibles.

——-

Crédits d’image :

Villa Vigoni, site officiel : http://www.villavigoni.it/page.php?sez_id=13&pag_id=10&lang_id=2


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.