Le „chômage BIT“ : comparaison facile, comparaison fragile ?

Chaque pays dispose d’une mesure administrative du chômage, inscrite dans des conventions nationales de rapport à l’emploi. Toutefois, la définition du chômage donnée par le Bureau International du Travail constitue la base statistique consensuelle de comparaison internationale. Ces deux calculs offrent des représentations très éloignées. Mais loin de constituer un référentiel univoque et identique, le chômage BIT dépend lui aussi de conventions de mesure. Il est réapproprié par les statisticiens nationaux et produit donc des résultats parfois difficilement comparables. En effet, le périmètre social retenu pour l’investigation (espace ou critère d’éligibilité aux enquêtes) ainsi que la déclinaison nationale des obligations faites aux chômeurs demeurent hétérogènes, alors que le chômage au sens du BIT constitue la base de données courante, voire hégémonique, pour les pratiques de comparaison ou de benchmarking. Le caractère sociopolitique de la statistique BIT et sa flexibilité sont donc restitués.  

*

L’horizon du plein-emploi constitue un élément rhétorique consensuel entre la plupart des acteurs des politiques publiques. Toutefois, la question de sa représentation génère un grand nombre de débats. Si le taux d’emploi est utilisé de manière croissante (Freyssinet, 2004, Salais, 2004), le taux de chômage demeure un indicateur au centre des débats et des objectifs chiffrés. Il occulte même régulièrement dans le débat public les autres indicateurs pertinents pour comprendre et comparer les marchés du travail nationaux, comme le taux d’emploi1, le nombre total d’heures travaillées, ou la croissance totale de l’emploi (Husson, 2008).

Comme toute statistique, le taux de chômage est le résultat d’une double opération (Desrosières, 2008). D’abord, une convention est mise en place, afin de cadrer l’espace du phénomène étudié. Ici, il s’agit de fournir une définition du chômage. Un chômeur est une personne correspondant à différents critères, variables dans le temps et entre les pays. Une fois actée la convention, la quantification devient alors possible.

Plusieurs conventions coexistent, qui proposent des mesures, et donc des évaluations différentes et concurrentes. Afin d’améliorer la comparabilité des situations nationales, le Bureau International du Travail a développé des lignes d’orientation, pour faire converger les productions statistiques domestiques. Sa convention est la plus connue et la plus répandue. Elle comptabilise les personnes en âge de travailler, qui n’ont pas travaillé (même une heure) dans la semaine de référence, sont disponibles pour travailler dans les deux semaines qui viennent, et ont ou bien accompli des démarches « actives » de recherche d’emploi dans le mois antérieur, ou bien trouvé un emploi qui démarrera dans les 3 mois suivants.

Par ailleurs, dans les pays pourvus d’un service public d’emploi, une mesure administrative du chômage, basée sur les inscrits administratifs, coexiste avec une mesure alignée sur le BIT, basée sur un recensement. La mesure administrative additionne les inscrits dans les agences publiques, parfois ventilés selon différentes catégories d’inscription. Ces différentes approches du chômage cohabitent, parfois de manière conflictuelle lorsque les écarts sont élevés. Elles mobilisent des critères distincts, et accouchent de taux de chômage divergents.

En France, par exemple, trois enquêtes régulières offrent des séries de données sur le chômage :

  • L’enquête emploi de l’INSEE, basée sur les définitions du BIT. Elle est réalisée à partir des déclarations des inscrits à Pôle emploi en fin de mois, et conserve ceux qui ressortissent du chômage au sens du BIT.
  • Le chômage issu du recensement, annuel, et basé sur des déclarations. Les individus qui se déclarent chômeurs et ne signalent pas qu’ils ne recherchent pas d’emploi, ainsi que les personnes qui recherchent un emploi, sont considérés comme au chômage.
  • La mesure administrative, qui consiste en une addition des demandeurs d’emploi en fin de mois (DEFM), c’est-à-dire les personnes inscrites à Pôle Emploi et ayant une demande en cours au dernier jour du mois.

Tableau 1

Le taux de chômage en France métropolitaine selon les indicateurs, 2e trimestre 2015
Enquête emploi (BIT) Pôle emploi (DEFM)
Pôle emploi, A Pôle emploi, A-B-C Pôle emploi, tous (moyenne sur les trimestres)
Nombre 2 900 000 3 552 000 5 408 000 6 078 000
Taux de chômage 10% 12,4% 18,9% 21,3%

NB : Catégories A, B et C : chômeurs tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, sans activité (A) ou en activité réduite (B et C).

Tableau 2

Le taux de chômage en Allemagne selon les indicateurs, juillet-août 2015
Erwerbslosigkeit (BIT) Arbeitslosigkeit (Agence fédérale pour l’emploi)
Nombre 1 930 000 2 796 000
Taux de chômage 4,6% 6,4%

NB : en allemand, le terme de chômage a deux équivalents statistiques, liés à la manière de calculer. Cela contribue à l’absence de controverse sémantique comparable à la France, car l’illusion synonymique n’existe pas entre chômeurs administratifs et chômeurs BIT. Les uns sont „erwerbslos“, les autres „arbeitslos“.

La formule arithmétique d’un taux de chômage est universelle : le rapport des chômeurs (actifs inoccupés) sur l’ensemble des actifs. La baisse d’un taux de chômage est ainsi une diminution relative du numérateur (chômeurs) par rapport au dénominateur (population active). Cela recouvre de nombreuses éventualités. Les inscriptions administratives sont écartées pour de multiples raisons de la comparaison internationale, au profit du chômage BIT. Mais la comparaison internationale des taux de chômage et l’étude de leurs conventions de calcul ne permet pas d’opposer, d’un côté des mesures administratives nationales propres à chaque pays, et de l’autre une mesure BIT transnationale harmonisée et unifiée.

  • Le chômage administratif

Les taux de chômage nationaux sont des objets statistiques, qui peuvent être construits par enquête (en se rendant auprès d’un grand nombre de ménages afin de mesurer le phénomène) ou par agrégation de données administratives, en compilant les demandeurs d’emploi inscrits dans les services publics d’emploi.

La mesure administrative du chômage est utile à l’échelle nationale, mais les régimes d’indemnisation et d’inscription varient beaucoup entre pays. Ainsi, le chômage BIT est dépassé par les inscriptions administratives en France, dont certaines catégories d’inscription n’existent pas à l’étranger (formation, contrats aidés…) tandis qu’il excède le chômage administratif à Chypre, où les travailleurs indépendants ou les malades ne sont pas éligibles à des allocations chômage.

Ce mode de comparaison des taux de chômage apparaît vite inopérant. On ne peut mêler les indicateurs, surtout si l’un dépend de conventions nationales très hétérogènes (l’éligibilité des individus sans emploi à l’inscription) et de représentations collectives (le recours effectif au service d’emploi par les personnes qui y sont éligibles).

Tableau 3

Chômage BIT et administratif en France et à Chypre
France Chypre
Chômeurs BIT (Eurostat) 10,3% 16,1%
Chômeurs administratifs 11,7% (cat. A)

18,7% (cat. A-B-C)

9,7%
Solde entre +1,4% et +8,4% -6,4%

Sources : INSEE, Statistical Service of Cyprus

En effet, dans l’ordre croissant du taux de chômage des données du tableau 3, les résultats vont du simple au double :

  1. Chômage administratif chypriote (9,7%)
  2. Chômage BIT français (10,3%)
  3. Chômage administratif catégorie A français (11,7%)
  4. Chômage BIT chypriote (16,1%)
  5. Chômage administratif catégories A-B-C français (18,7%)

Le chômage administratif souffre de six faiblesses statistiques qui l’invalident comme base comparative. Il opère déjà une sélection patente en éliminant les pays dénués de service public d’emploi, ce qui réduit le champ de la comparaison autour des pays industrialisés et développés. Il est sensible au rapport qu’entretient la population avec les administrations publiques, puisqu’un moindre recours revient à une amélioration du taux de chômage administratif. Les droits liés à l’inscription font varier ce degré de recours, selon que les jeunes, les chômeurs de longue durée et les seniors sont éligibles ou s’en détournent. L’accompagnement anticipé ou le contrôle craint déterminent également des individus à se tourner vers l’inactivité ou à s’inscrire comme demandeur d’emploi. La plupart des services publics d’emploi de l’OCDE permettent aux chômeurs inscrits d’exercer des activités réduites, ce qui les retire automatiquement des statistiques BIT du chômage, et incite au contraire certains demandeurs d’emploi à s’inscrire pour obtenir une allocation différentielle. Enfin, certains régimes d’inscription sont propres aux pays (sur les étudiants…).

Encadré 1

La mesure administrative et la mesure BIT

Dans les pays pourvus d’un service public d’emploi, une mesure administrative du chômage, basée sur les inscrits administratifs, coexiste avec une mesure alignée sur le BIT, basée sur un recensement. Pour le cas allemand, voici une présentation des différences de convention et de mesure (Hartmann, Rieck, 2005).

Instance de mesure

Critères mesurés

Office fédéral des statistiques (BIT) Service fédéral pour l’emploi (mesure administrative)
Âge + de 15 ans 15-65 ans
« Recherche active d’emploi » Recherche d’emploi au moins 1h par semaine Recherche d’emploi d’au moins 15h par semaine
Recherche spécifique et active dans les quatre dernières semaines Validation de la recherche active du chômeur par un agent
Disponibilité Dans les deux semaines Immédiate
Statut d’activité Pas d’emploi Travaillé moins de 15h dans la semaine
Entre mars 2006 et mars 2007… …-690.000 chômeurs sur 3.03 millions …-869.000 sur 4.1 millions de chômeurs

Sources : §116 et 119 du Sozialgesetzbuch III ; Eurostat

La publicisation des chiffres du chômage administratif est également discrétionnaire. En France, avec 6 catégories d’inscription (A, sans activité, B, avec activité réduite courte, C, avec activité réduite longue, D dispensé de recherche pour maladie ou formation, E dispensé de recherche car détenteur d’un contrat aidé), le chiffre total est rarement communiqué. En effet, de nombreux pays ne comptabilisent pas les individus en formation ou en contrat aidé dans les chiffres du chômage, ce qui interdit de plaquer cette somme sur les résultats étrangers.

Dit autrement, toutes les catégories de chômeurs ne croissent pas au même rythme. Or, la catégorie A la plus médiatisée et la plus proche du BIT, est également celle qui progresse moins vite que les autres (67% des chômeurs inscrits en juillet 2000, contre 58% en juillet 2015). Les mesures administratives du chômage sont ainsi plus poreuses vis-à-vis de stratégies institutionnelles de dissimulation ou publicisation.

La fragilité du chômage administratif consiste en ces nombreuses catégories, parfois partiellement communiquées, qui opèrent un découpage du réel propre à chaque service national. L’exclusion des chômeurs en congés-formation des statistiques du chômage au Danemark ne signifie pas pour autant que ces personnes ont un emploi (Döhrn et al., 1998), et une comparaison requerrait au moins d’éliminer les chômeurs français en formation.

C’est donc au nom de leur équivalence, via les critères fixes, que les lignes directrices du BIT ont été adoptées comme référentiel de comparaison des taux de chômage. Néanmoins, ces derniers ne vont pas sans réappropriations et différentiations, malgré le label comparatif du BIT, qui se heurte à des périmètres d’enquête et à des régimes d’obligation nationaux encore distincts – malgré les comparaisons répandues des chiffres du chômage.

  • Périmètre d’enquête, premier accroc des statistiques BIT

Les individus éligibles au statut de chômeur sont toujours délimités au sein de la population. Ainsi, l’âge minimal constitue une première barrière, avec parfois un plafond. L’enquête emploi de l’INSEE en France, qui publie le taux de chômage BIT, démarre le décompte à 15 ans. Toute personne plus jeune est exclue tant de la statistique des actifs que de celle des chômeurs.

La comparaison, courante, entre l’Union européenne, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique, pâtit du critère d’âge. En effet, l’enquête fédérale du Bureau of Labor Statistics étasunien ne mesure qu’à partir de 16 ans les chômeurs, contre 15 ans pour Eurostat. Or, le taux de chômage est élevé chez les plus jeunes, dans la plupart des Etats. Si les moins de 16 ans sont peu nombreux, leur exclusion n’est pas sans effet. Sorrentino (2000) calcule avec les chiffres de 1998 que les Etats-Unis d’Amérique dissimulent 0.08 points de chômage, toutes choses égales par ailleurs, lors d’une comparaison avec Eurostat, via leur exclusion des travailleurs de 15 ans. Le tableau 1 montre que le facteur-âge est en mouvement dans de nombreux pays, aussi bien à la hausse qu’à la baisse, pour se stabiliser généralement au-dessus de 14 ans.

Tableau 4

Evolution des planchers d’âge des chômeurs BIT
De 13 à 14 ans De 14 à 15 ans De 15 à 16 ans De 14 à 16 ans

De 16 à 15 ans

Pays-Bas (1974) France (1967)

Allemagne (1983)

Pays-Bas (1987)

Italie (1992)

Roy.-Uni (1972)

Italie (2008)

USA (1967) Norvège (2006)

Suède (2007)

La couverture intégrale du territoire n’est pas forcément assurée par les données sur le taux de chômage. L’Outre-Mer française n’était pas couverte par l’enquête emploi2, le Canada exclut les Territoires du Nord-Ouest, et le Brésil ne recense que depuis 2003 les zones rurales de Rondônia, Acre, Amazonas, Roraima, ou Pará e Amapá. Divers motifs sont invoqués à l’appui des couvertures incomplètes, suivant l’accessibilité, la population, l’incomparabilité des structures locales d’emploi…

Tableau 5

Taux de chômage BIT en France & France métropolitaine, second trimestre 2015

France métropolitaine 10%
France avec outre-mer (sauf Mayotte) 10,3%

Source : DARES, 2015

 

La composition du numérateur d’un taux de chômage, c’est-à-dire la population active, échappe souvent aux controverses autour des « chiffres du chômage ». Mais la définition de la population active peut également varier de pays en pays, et modifier leur taux de chômage malgré une situation identique.

La question de la population civile est un bon exemple de l’enjeu. Certains pays incluent dans la population active les militaires, d’autres uniquement les conscrits, d’autres se restreignent aux actifs civils. Ajouter la population militaire à la population active fait mécaniquement diminuer le taux de chômage, à situation égale, par rapport à une population active uniquement civile.

Hal Sider et Cheryl Cole (1984) fournissent dans les années 1970 une comparaison fine des taux de chômage des jeunes étasuniens, selon que les militaires sont inclus ou exclus de la population active :

Tableau 6

Taux de chômage des 20-24 ans, Etats-Unis d’Amérique, population non-blanche

Année Uniquement civils dans pop. active Militaires inclus dans pop. active Solde
1976 20,6% 17,9% -2.7
1977 21,4% 18,7% -2.7
1978 20,0% 17,3% -2.7
1979 17,2% 14,8% -2.4

Au niveau global, l’impact est bien moins sensible. Mais les modifications du périmètre de la population concernée peut imposer réévaluer la situation d’emploi de catégories précises. Le solde différentiel pour la population blanche, à l’époque, était quatre fois inférieur (-0,8 en moyenne). Les pays publiant un taux de chômage BIT disposent chacun de leur base propre de définition de la population active. Pour conserver l’exemple des militaires, l’Australie les exclut, la Belgique exclut les militaires résidents en base, et la Finlande les inclue.

Les étudiants sont un autre enjeu brûlant de conventions. Le 31 mai 2007, le gouvernement suédois est revenu sur le texte de 1986 qui définissait la population active. Les étudiants à temps-plein mais recherchant activement un emploi et disponibles pour l’occuper étaient jusqu’alors exclus du chômage. Cette conformité aux lignes directrices du BIT a conduit à une hausse, en octobre de 2007, de plus d’un point de taux de chômage, intégralement dû à l’arrivée de nouvelles populations dans les statistiques.

Par ailleurs, les pays sont inégaux devant les tailles d’échantillon et la fiabilité des données. Les modes de récolte des données diffèrent, ainsi que le nombre de personnes interrogées, les vagues2, le volume de proxys (individus qui répondent pour d’autres, souvent rattachés au foyer recensé), ainsi que les taux de réponse. Autant de variables qui modulent la fiabilité statistique des résultats et les marges d’erreur. L’enquête emploi de l’INSEE en 2007 avait ainsi été confrontée à des contestations, suite à des écarts importants entre différentes vagues d’interrogation. Des changements méthodologiques (pondération des données, champ des ménages interrogés, nouveau traitement de la non-réponse) ont diminué de 0,3 le taux de chômage (Insee, 2007).

Par ailleurs, les pays sont inégaux devant les tailles d’échantillon et la fiabilité des données. Les modes de récolte des données diffèrent, ainsi que le nombre de personnes interrogées, les vagues3, le volume de proxys (individus qui répondent pour d’autres, souvent rattachés au foyer recensé), ainsi que les taux de réponse. Autant de variables qui modulent la fiabilité statistique des résultats et les marges d’erreur. L’enquête emploi de l’INSEE en 2007 avait ainsi été confrontée à des contestations, suite à des écarts importants entre différentes vagues d’interrogation. Des changements méthodologiques (pondération des données, champ des ménages interrogés, nouveau traitement de la non-réponse) ont diminué de 0,3 le taux de chômage (Insee, 2007).

Tableau 7

Dispositif technique de mesure du chômage BIT dans deux pays, 2013

  Allemagne France
Récolte des données Interview sur place assistée par ordinateur (75,5%)

Questionnaire postal (21,7%) Téléphone (2,8%)

Interview sur place assistée par ordinateur (1e et 6e vague3), interview téléphonique assistée par ordinateur (de la 2e à la 5e).
Echantillon annuel 0,25% des ménages 0,25% des ménages
Champ Ménages privés et collectifs Ménages privés
Proxys 25,7% 28,2%
Taux de réponse 97,9% 80,2%
  • Les régimes d’obligations, second accroc des statistiques BIT

Le chômeur se distingue de l’inactif par sa recherche d’emploi « active ». Ainsi, il appartient à la population active, mais comme actif inoccupé. Derrière le terme de recherche active, de larges différences subsistent entre pays. Les pratiques validées ou refusées varient entre espaces statistiques nationaux, et évoluent régulièrement. Elles conduisent à ce qu’à situation de recherche égale, un chômeur apparaisse dans le taux de chômage dans un pays, mais soit exclu de celui du voisin. Dans l’Union européenne, le règlement 1897/2000 adopté en septembre 2000 définit la recherche active d’emploi par neuf critères.

Encadré 2

Démarches de recherche d’emploi valides, règlement 1897/2000 UE

1.    être en contact avec une agence publique d’emploi pour trouver du travail, d’où qu’en vienne l’initiative (renouveler son inscription pour des raisons administratives uniquement n’est pas une démarche active),

2.    être en contact avec une agence d’emploi privée (entreprise d’intérim, firme spécialisée dans le recrutement…) pour trouver du travail,

3.    candidater directement auprès d’employeurs,

4.    demander à des amis, des parents, syndicats, etc., pour trouver du travail,

5.    émettre ou répondre à des annonces d’emploi,

6.    étudier les annonces d’emploi,

7.    participer à tes épreuves de recrutement, des examens, ou être reçu en entretien,

8.    rechercher des terrains, des locaux, de l’équipement,

9.    candidater pour des permis, licences ou ressources financières.

Le renouvellement d’inscription auprès de l’opérateur public de placement ne figure pas dans la liste (encadré 2), alors que plusieurs Etats-membres jugeaient ce critère valable pour définir un chômeur. Lors de la mise en conformité des statistiques BIT, ces Etats ont ainsi vu des chômeurs devenir inactifs, lorsque la réinscription était leur seul acte positif de recherche d’emploi. 225.000 personnes sans emploi, chômeuses selon les statistiques françaises, ne l’étaient plus selon l’interprétation européenne du BIT en mars 2002 (Chardon, Goux, 2003). Idem en Espagne, qui perdit 463.000 chômeurs de ses statistiques au dernier trimestre 2001 avec la transposition (Instituto Nacional de Estadistica, 2002). Plus éloignée encore de ce règlement, la Finlande exonérait les chômeurs qui se présentaient à l’agence d’avoir recherché activement dans les quatre semaines précédentes un emploi. La mise en œuvre de recommandations critiques du BIT a conduit à la suppression de cette clause en 1998, et une augmentation de 1,5 point du taux de chômage.

Les phénomènes d’harmonisation des taux de chômage n’agissent cependant pas qu’à la baisse. Certaines statistiques nationales de chômeurs BIT se sont assouplies par ce biais. La Corée du Sud imposait à ses chômeurs, pour les compter comme tels, d’avoir fait la preuve d’une recherche active d’emploi dans la semaine antérieure, au lieu de quatre semaines. Avant juin 2005 et ce changement, les statistiques finnoises et sud-coréennes étaient difficilement comparables sans travail d’harmonisation préalable.

La volonté de prendre un emploi et la possibilité de l’occuper font consensus en statistique du chômage. Mais la déclinaison conventionnelle de cette définition large est plus problématique. Les durées constituent la variable d’ajustement autour de la disponibilité, car elles n’ont rien de consensuelles. Le chômeur doit-il être prêt à travailler dès le lendemain ? Ou quelques jours après ?

Pour les statistiques étasuniennes, être « disponible » signifie pouvoir occuper un poste dès la semaine de référence, dans les jours qui suivent la consultation. Eurostat, de son côté, tolère une période de deux semaines. Une personne sans emploi, disponible dans les 12 jours, sera inactive aux Etats-Unis mais au chômage en Europe. Une estimation a été menée par Sorrentino (2000) quant à l’impact de cet écart : 373.000 chômeurs européens auraient été rayés des données sous le régime statistique étasunien. Le taux de chômage aurait été de 10% au lieu de 10,2%, via ce durcissement.

*

La statistique BIT du chômage a un objet économique. Elle ambitionne d’identifier les individus dépourvus de toute activité et disponibles (qu’ils se signalent ou non), effaçant du même coup les demandeurs d’emploi en activité courte et les salariés en temps partiel réduit. A l’inverse, les statistiques administratives incluent des individus participant aux programmes publics sur le marché du travail, ou exerçant une activité réduite, et ne se conformant pas aux lignes directrices du BIT en terme de recherche d’emploi, elles-mêmes régulièrement renégociées. Quel que soit le mode de calcul retenu, il porte avec lui une vision sociopolitique normative du marché du travail.

Il est donc justifié de ne pas retenir les mesures administratives du chômage, qui constituent des outils précieux mais intransposables, car elles tiennent autant de la convention particulière de calcul que des statuts des individus, leur rapport aux agences publiques ou la nature des politiques d’emploi menées.

Toutefois, retenir le chômage BIT ne doit pas dissimuler que les pays s’approprient la définition. Si des lignes directrices cadrent les variables fondamentales, de nombreuses dimensions sont l’objet de lutte dans l’espace statistique ou de récolte techniquement différente. Certains facteurs sont différemment interprétés, ou mesurés sur des espaces ou quantités spécifiques.

L’interprétation du chômage BIT est hétérogène, voire contradictoire, entre entités nationales. La définition du chômage BIT est donc sociale et variable, sous-tendue par des choix méthodologiques qui répercutent ou rencontrent des préférences politiques.

Ferdinand Hodler (1853-1918), Arbeitslos, 1891

Références

Chardon O., Goux D., « La nouvelle définition européenne du chômage BIT », Economie et statistiques, n°362, 2003.

DARES analyse, Emploi, chômage, population active : bilan de l’année 2014, n°50, juillet 2015.

Desrosières A., Pour une sociologie historique de la quantification, Presses des Mines ParisTech, 2008.

Döhrn R., Heilemann U., Schäfer G., „Ein dänisches „Beschäftigungswunder“?“, Mitteilungen aus der Arbeitsmarkt- und Berufsforschung, 2, 1998, p.312-323.

Freyssinet J., « Taux de chômage ou taux d’emploi, retour sur les objectifs européens. », Travail, genre et sociétés 1/2004 (N° 11) , p. 109-120.

Husson M., « Performances d’emploi : macroéconomie et marchés du travail. », La Revue de l’Ires 3/2008 (n° 58) , p. 9-64.

Instituto Nacional de Estadistica, “El Instituto Nacional de Estadística publica hoy las series históricas revisadas de la Encuesta de Población Activa (EPA) según la nueva metodología EPA-2002”, Notas de prensa, 09/05/2002.

INSEE, Insee Première, n°1164, novembre 2007.

Salais R., 2004, « La politique des indicateurs. Du taux de chômage au taux d’emploi dans la stratégie européenne pour l’emploi », in Bénédicte Zimmermann (dir.), Les sciences sociales à l’épreuve de l’action. Le savant, le politique et l’Europe, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 287-331.

Sider H., Cole C., « The changing composition of the military and the effect on labor force data », Monthly Labor Review, July 1984, p.9-13.

Sorrentino, C., “International unemployment rates: how comparable are they?”, Monthly Labor Review, Vol. 123, No. 6, June 2000.

1 Taux d’emploi qui s’est imposé, en revanche, dans les politiques publiques de l’Union européenne, notamment via la stratégie européenne pour l’emploi.

2 Mais depuis 2014, seule Mayotte est exclue.

3 Les données sont obtenues par l’interrogation d’un panel rotatif de ménages, renouvelés d’un sixième à chaque trimestre. Chaque trimestre voit donc six vagues d’interrogation, dont 1/6 entrants, et 1/6 sortants.


Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.